• Search
  • Lost Password?

Comprendre le rachat de crédit pour les professionnels

Le rachat de crédit n’est pas l’apanage des particuliers. Les professionnels peuvent également profiter des avantages de cette offre bancaire sous réserve de respecter certaines conditions. Gérants de sociétés, professions libérales, commerçants, artisans… le rachat de crédit s’ouvre à tous.

Le rachat de crédits professionnels : pourquoi ?

Dans le cadre de son développement, une entreprise dispose de plusieurs alternatives pour financer ses charges ou ses investissements. Parmi ces solutions figurent l’autofinancement, l’augmentation de capital et enfin, l’endettement. Lorsque les deux premières options n’aboutissent pas, forcément le professionnel va devoir contracter des emprunts bancaires. À vrai dire, cet endettement est une arme à double tranchant. Si d’une part, il va permettre de financer le besoin en fonds de roulement et l’activité opérationnelle, d’autre part, il peut faire couler l’entreprise si celle-ci ne sait pas gérer correctement son taux d’endettement. Une accumulation de prêts et de charges professionnelles provoque des déséquilibres.

Dans de telles circonstances, une entreprise peut envisager de souscrire à un rachat de crédit qui va lui permettre d’assainir ses finances. Cette opération consiste à rassembler toutes les dettes en cours par un seul et unique crédit, à taux unique et remboursable auprès d’un seul créancier. L’intérêt est de réduire le coût des mensualités et en échange, la durée de remboursement est rééchelonnée. Même si le rachat de crédit pour les professionnels reste relativement rare par rapport à celui dédié aux particuliers, il existe certains établissements qui en proposent. L’offre n’est pas non plus accessible à n’importe qui. Il existe des profils spécifiques à qui elle s’adresse.

À qui s’adresse cette solution ?

Le rachat de crédit s’adresse à trois types de profils. Les artisans et commerçants en font partie. Ces dirigeants de TPE doivent généralement s’endetter pour aménager leurs locaux, acheter du fonds ou tout simplement développer leurs affaires. Il en est de même pour les micro-entrepreneurs. S’ils ne disposent pas de fonds propres, ils sont contraints de contracter des crédits afin de lancer leurs activités et acheter leurs équipements et matériels. Dernier et non des moindres : les professions libérales. Il s’agit des professionnels intervenant dans le secteur de la santé (kinésithérapeute, infirmier, pharmacien, médecin, diététicien, sage-femme, dentiste, etc.), le secteur du droit (avocat, notaire, greffier, mandataire judiciaire, administrateur judiciaire, etc.) et dans des domaines techniques (expert-comptable, architecte, agent d’assurances, géomètre…).

Cas particulier : les professions libérales

Les professions libérales peuvent rencontrer certaines problématiques au cours de l’exercice de leurs activités : pression fiscale très lourde, difficultés conjoncturelles, charges trop importantes… Toutes ces situations sont à l’origine de difficultés financières voire de situations d’endettement. La solution est d’envisager le rachat de crédit spécifique aux professions libérales. Ce regroupement des dettes va équilibrer le budget professionnel et personnel.

Mais attention, l’accès à cette offre n’est pas aisé et une analyse approfondie de la situation personnelle et professionnelle du demandeur par la banque sera effectuée avant l’obtention d’un rachat. De plus, une fois le dossier accepté, le professionnel doit s’attendre à ce que ses dettes s’étendent sur une plus longue période en contrepartie de la diminution de la charge de remboursement. Un dispositif à manier avec des pincettes donc.

Written by
Monique Referant
View all articles

In order to use the Instagram feature, please install and activate Meks Instagram Widget plugin .

Written by Monique Referant
Travail Rhône Alpes